.: ABC du Vin :.
Appellations et Crus classés
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T V W Z
CA CH CL CO CR CU
CÔT

Brulhois2

Catégorie de l'appellation
Classement AOC
Date du classement 12/10/2011
Carte
Caractéristiques géographiques
Pays France
Région Sud-Ouest
Sous-région Gers, Lot et Garonne, Tarn et Garonne
Commune(s)
  • Gers :
    Flamarens, Gimbrède, Peyrecave, Saint-Antoine.
  • Lot et Garonne :
    Astaffort, Aubiac, Caudecoste, Clermont-Soubiran, Cuq, Estillac, Fals, Fieux, Grayssas, Lamontjoie, Laplume, Layrac, Marmont-Pachas, Moirax, Nomdieu, Puymirol, Roquefort, Saint-Jean de Thurac, Saint-Pierre de Clairac, Saint-Romain le Noble, Saint-Urcisse, Saint-Vincent de Lamontjoie, Saumont.
  • Tarn et Garonne :
    Auvillar, Bardigues, Castelsagrat, Caumont, Donzac, Dunes, Gasques, Montjoi, Perville, Le Pin, Saint-Cirice, Saint-Clair, Saint-Loup, Saint-Michel, Sistels.

Sol Calcaire, Graves, Sable
Superficie (ha) 250
Climat Océanique
Couleurs et cépages
Couleur(s) Rosé / Rouge
Encépagement Cabernet franc, Cabernet-sauvignon, Côt, Fer, Merlot, Tannat
Production (hl) 11281
Dégustation
Type de vin
Température de service
Garde potentielle
Autres informations
Appellation(s) rattachée(s)
Appellation(s) de repli(s)
Site internet
Caractéristiques
.: ABC du Vin :.

Présentation :
Cette appellation, située à mi-chemin entre Bordeaux et Toulouse, est installée dans la vallée de la Garonne, au cœur du Sud-Ouest, entre Agen à l'ouest et Valence (d'Agen) à l'est.
Le vignoble est disposé de part et d'autre de la Garonne. Pour la rive droite, sur des plateaux argilo-calcaire sur socle calcaire du Quercy depuis la vallée de la Séoune au nord jusqu'à la vallée de la Barguelonne au sud. Pour la rive gauche, le vignoble est implanté sur des terrasses graveleuses disposées sur des coteaux calcaires avec molasses dominant la vallée de la Garonne.
La viticulture n'est qu'un des éléments du paysage agricole local, dominé par les cultures céréalières, fruitières et maraîchères.
Le vignoble subit aussi bien l'influence de l'océan Atlantique que celle de la Méditerranée.
Le nom de l'appellation dérive du gaulois Brogilo désignant une bordure boisée ou un talus.

Histoire :
L'implantation de la viticulture s’est effectuée à l’époque gallo-romaine après la conquête romaine qui a développé le vignoble depuis la Narbonnaise vers le Bordelais.
Après la chute de l'empire romain, le vignoble fut pris en charge et développé par les ordres religieux principalement autour de l'abbaye bénédictine de Saint-Pierre de Clairac et des prieurés clunisiens de Moirax et de Saint Martin de Layrac.
En 1049, la charte de fondation du prieuré de Moirax précise comment Guillaume Arnault et son fils Pierre lèguent au monastère de Cluny l'église Notre-Dame et le village de Moirax en échange de six dinerées (11 hectares) de vigne à Aubiac restitué au prieuré après leur décès, charte signé par Guillaume Arnault, Hugues, abbé de Cluny et Pierre Arnault futur premier prieur de Moirax.
Au 13ème siècle, le vignoble s'étalait d’Auvillar à Astaffort, dans la vicomté du Brulhois et produisait un vin noir réputé.
Dès 1306-1307, malgré le privilège de Bordeaux, une grande partie de la production du vignoble est envoyée sur la place de Bordeaux (5542 tonneaux en 1306-1307) via les ports de Langon et de Libourne où ils doivent payer des acquits à caution pour accéder à Bordeaux. Longtemps ces vins furent utilisés comme « vin médecin » pour renforcer en couleur les vins de Bordeaux.
Le vignoble du Brulhois va ainsi se développer et fournir l'essentiel des revenus de la vicomté au Moyen-Age.
A la Révolution française, la vicomté du Brulhois est divisée entre trois départements (Gers, Lot-et-Garonne, Tarn-et-Garonne) et deux régions (Aquitaine, Midi-Pyrénées).
Entre 1868 et 1885, le vignoble va subir de plein fouet la crise du phylloxéra et même s'il va être partiellement replanté à la fin du 19ème siècle, il va tomber dans l'oubli petit à petit notamment en raison des deux guerres mondiales.
En 1956, le vignoble est touché par les terribles gelées.
En 1964, quatre agriculteurs vont relancer la viticulture en créant le 4 octobre le Syndicat de Défense des Vins des Côtes du Brulhois à Moirax.
En 1966, les caves coopératives de Goulens et de Donzac relancent la plantation du vignoble. Les cépages retenus sont : Abouriou, Cabernet franc, Cabernet-sauvignon, Merlot et Tannat.
Le 27 janvier 1971, le Syndicat de Défense des Vins de la région d’Auvillar et du Brulhois est créé.
Le 16 Mars 1974, les deux syndicats viticoles fusionnent pour former le Syndicat viticole des Côtes du Brulhois.
En 1982, la délimitation parcellaire de l'appellation est effectuée.
Le 21 novembre 1984, l'appellation d’origine vin délimité de qualité supérieure des vins des Côtes du Brulhois est attribuée.
En 2010, la superficie du vignoble est de 250 hectares.
Le 12 octobre 2011, profitant de la suppression des AOVDQS et de la possibilité de conversion en appellation d'origine contrôlée, les vins des Côtes du Brulhois obtiennent l'AOC sous le nom de Brulhois.

Les vins :
Densité minimale de plantation : 4000 pieds à l'hectare.
L'irrigation est autorisée avant le 1er mai et possible sous condition d'autorisation de l'INAO au-delà.
Rendement visé : 55 hL/ha.
Rendement butoir : 63 hL/ha.


.: ABC du Vin :.Rosé :
.: ABC du Vin :.
Vin issu d'un assemblage dans lequel le cépage Syrah est obligatoirement le plus important.
Les vins rosés représentent 30 % de la production de l'appellation.
Encépagement : Cépages principaux : Syrah (40 % minimum), Tannat (20 % minimum).
Cépages complémentaires : Cabernet franc, Merlot (15 % maximum).
Richesse maximale des moûts : 180 g/L.
189 g/L pour les rosés de saignée.
Titre alcoométrique volumique naturel minimum : 11 %.
Titre alcoométrique volumique total maximal après enrichissement : 13 %.
L'utilisation de charbon oenologique est autorisée pour les moûts et vins nouveaux encore en fermentation, dans la limite de 20 % du volume de vins rosés de la récolte considérée, à une dose maximale de 60 grammes par hectolitre.
Sucres résiduels : 4 g/L maximum.
Commercialisation possible à partir du 15 décembre de l'année de récolte.

Dégustation :
Vin à la robe pâle aux arômes de fleurs et de fruits (framboise, groseille).
Température de service : 08-10 °C (46-50 °F).
Garde potentielle : 1 à 2 ans.


.: ABC du Vin :.Rouge :
.: ABC du Vin :.
Les vins rouges représentent approximativement 70 % de la production de l'appellation.
Encépagement : Cépages principaux : Syrah (40 % minimum), Tannat (20 % minimum).
Cépages complémentaires : Cabernet franc, Merlot (15 % maximum).
Richesse maximale des moûts : 189 g/L.
Assemblage : les 2 cépages principaux sont obligatoirement présents dans l’assemblage dans une proportion minimale de 60 % ; dans l’assemblage, la proportion du cépage Syrah est la plus importante et est inférieure ou égale à 80 %.
Titre alcoométrique volumique naturel minimum : 11 %.
Les techniques soustractives d'enrichissement (TSE) sont autorisées dans la limite d'un taux de concentration de 10 %.
Titre alcoométrique volumique total maximal après enrichissement : 13 %.
Sucres résiduels : 3 g/L maximum.
Élevage au minimum jusqu'au 15 mars de l’année suivant celle de la récolte.
Commercialisation possible à partir du 1er avril suivant la récolte.

Dégustation :
Vin à la robe grenat avec des reflets violacés aux notes de cassis, de framboise et d'épices avec une finale sur la réglisse.
Température de service : 15-17 °C (59-63 °F).
Garde potentielle : 2 à 3 ans.
Dernière modification: 6 Août 2017
Éditeurs: Sylvain Torchet
< Page d'accueil Dictionnaires | Top 10 | A propos | Liens | Connexion ^ Haut de la page
© 2008 Sylvain Torchet XHTML | CSS Powered by Glossword 1.8.13