.: ABC du Vin :.
Appellations et Crus classés
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T V W Z
AJ AL AM AN AR AU AV
ANC ANJ

Anjou-Villages

Catégorie de l'appellation
Classement AOC
Date du classement 14/11/1991
Carte
Caractéristiques géographiques
Pays France
Région Vallée de la Loire
Sous-région Deux-Sèvres, Maine et Loire
Commune(s)
  • Deux-Sèvres :
    Bouillé-Loretz, Bouillé-Saint-Paul, Cersay.
  • Maine et Loire :
    Ambillou-Château, Aubigné sur Layon, Beaulieu sur Layon, Blaison-Gohier, Bouchemaine, Brigné, Chalonnes sur Loire, Le Champ sur Layon, Champtocé sur Loire, Chanzeaux, Charcé Saint-Ellier sur Aubance, Chaudefonds sur Layon, Chavagnes, Cléré sur Layon, Concourson sur Layon, Coutures, Faveraye-Mâchelles, Faye d'Anjou, La Fosse de Tigné, Ingrandes, La Jumellière, Martigné-Briand, Le Mesnil en Vallée, Montjean sur Loire, Notre-Dame d'Allençon, Nueil sur Layon, Passavant sur Layon, La Pommeraye, La Possonnière, Rablay sur Layon, Rochefort sur Loire, Saint-Aubin de Luigné, Saint-Georges sur Layon, Saint-Georges sur Loire, Saint-Germain des Prés, Saint-Lambert du Lattay, Savennières, Tancoigné, Thouarcé, Tigné, Trémont, Valanjou, Les Verchers sur Layon.

Sol Argile, schistes
Superficie (ha) 199
Climat Océanique
Couleurs et cépages
Couleur(s) Rouge
Encépagement Cabernet franc, Cabernet-sauvignon
Production (hl)
Dégustation
Type de vin Vin a la robe foncée aux arômes de fruits noirs (cassis, mûre), dont les tannins se fodnent en vieillissant.
Température de service 14 °C à 16 °C
Garde potentielle 5 à 10 ans
Autres informations
Appellation(s) rattachée(s)
Appellation(s) de repli(s)
Site internet Site de promotion des appellations du Val de Loire
Caractéristiques
.: ABC du Vin :.

Présentation :
La zone géographique s’insère au cœur de la partie occidentale de la zone géographique de l’appellation d’origine contrôlée « Anjou », essentiellement sur le socle précambrien et paléozoïque rattaché au Massif Armoricain, très localement recouvert par des formations graveleuses ou par des formations du Cénomanien comme notamment les marnes à ostracées, sur sa bordure orientale.
Elle englobe les zones géographiques des appellations d’origine contrôlées « Anjou-Coteaux de la Loire», « Coteaux du Layon », « Savennières », et quelques communes limitrophes.
Elle couvre un territoire délimité et sélectionné pour l’aptitude de son milieu naturel à produire des vins rouges d’élevage.
Elle s'étend ainsi sur le territoire de 43 communes du département du Maine-et-Loire et de 3 communes du département des Deux-Sèvres, au sud-est et au sud de la ville d’Angers.
Les paysages se caractérisent par de nombreux petits coteaux d'exposition variée dont les altitudes oscillent entre 50 mètres et 90 mètres.
L’aire parcellaire précisément délimitée pour la récolte des raisins privilégie les parcelles bénéficiant d’une bonne exposition et présentant des sols bruns développés sur schistes, des sols bruns argilo-graveleux ou, très localement, des sols bruns développés sur marnes à ostracées. Ces sols sont le plus souvent peu profonds, avec un bon régime hydrique, sans signe d’hydromorphie, et caractérisés par de faibles réserves en eau. Ils disposent d’un bon comportement thermique et assurent une bonne précocité.
Sur la partie occidentale de la zone géographique affleurent, de manière ponctuelle, des filons issus de formations éruptives acides (rhyolithes) ou basiques (spilites) à l’origine de sols très caillouteux.
La zone géographique bénéficie d’un climat océanique tempéré, avec des écarts de température assez faibles compte tenu, d’une part de la relative proximité de l'océan Atlantique, d’autre part du rôle de régulateur thermique que jouent la Loire et ses affluents et enfin de l’implantation du vignoble en situation de coteaux. Les reliefs d’orientation nord-ouest/sud-est jouent un rôle protecteur vis-à-vis des vents d'ouest souvent chargés d'humidité. La zone géographique est ainsi faiblement arrosée, bénéficiant d'un effet de foehn, à l'abri de l'humidité océanique, dû aux reliefs plus élevés du Choletais et des Mauges. Les précipitations annuelles sont de l'ordre de 585 millimètres alors qu'elles sont de près de 800 millimètres dans le Choletais.

Histoire :
L'existence d’un vignoble est reconnue en Anjou dès le Ier siècle après Jésus-Christ et ceci de façon continue. La vigne y prospère comme en témoignent ces quelques lignes d'un poème d'APOLLONIUS (VIème siècle): « Il est non loin de Bretagne une ville située sur un rocher, riche des dars de Cérès et de Bacchus, qui a tiré d'un nom grec son nom d'Andégave (Angers). »
Si le vignoble angevin se développe pendant tout le Moyen-Âge, s'installant sous l'égide des monastères sur les rives même de la Loire et autour d'Angers, il acquiert surtout sa renommée à partir des XIIème et XIIIème siècles. Le rayonnement du royaume d’HENRI II et ALIENOR d’Aquitaine permet alors au « vin d'Anjou » d’arriver sur les plus belles tables.
La production connaît un développement important à partir du XVIème siècle grâce à l'arrivée des courtiers hollandais qui cherchent des vins pour leur pays et leurs colonies. Les Hollandais, en font d'amples provisions et le commerce est si florissant au XVIIIème siècle qu’afin de favoriser le transport, la rivière Layon, qui traverse la zone géographique, est canalisée.
« L’Anjou » doit sa notoriété essentiellement à la production de vins blancs issus du cépage Chenin.
Cependant, les plantations en cépage cabernet franc N ou « plant breton » (plant qui doit alors son nom à son arrivée par bateau par l’estuaire de la Loire située à cette époque dans la région bretonne), puis, un peu plus tard, en cépage cabernet-sauvignon N, vont s’accélérer après la crise phylloxérique, dès 1865.
La vinification est principalement orientée, au début du XXème siècle, vers l'élaboration de « rouget », dénomination locale d’un vin léger consommé dans les cafés et constitue la première étape de la mutation du vignoble angevin, avec le développement d’une production importante de vins rosés emblématiques.
La deuxième étape de cette mutation s’appuie sur l’expérience acquise par les producteurs sur la gestion de cet ensemble végétal. L’observation et l’analyse de la meilleure adéquation entre le cépage et ses sites de plantation, l’appréciation des potentialités de la vendange et la maîtrise des techniques de vinification, ont conduit au développement de la production de vins rouges dès les années 1960.
Cependant, les professionnels de la région se sont rendus à l’évidence qu’ils disposaient d’un territoire et d’un savoir-faire capable de mieux marquer de son empreinte l’originalité de leur production de vins rouges.
L’appellation d’origine contrôlée « Anjou Villages » est ainsi reconnue le 14 novembre 1991.
La production est l’œuvre, en 2010, de 130 caves particulières et 2 caves coopératives.

Les vins :
Le vin présente habituellement une robe de couleur rubis, profonde et soutenue. Le nez évoque fréquemment des notes fines de fruits rouges et de fleurs (iris, violette,...) évoluant vers des arômes plus complexes, mélanges de fruits noirs et d'arômes épicés, de venaison ou bien encore de sous-bois. La bouche est ample et charnue, tout en conservant sa richesse aromatique. Les tanins, très présents, sont fondus et la finale est persistante. Vin généreux, il faut savoir l’oublier quelques années avant de le déguster.

Conditions de production du décret d'appellation :
  • Densité minimale de plantation : 4000 pieds à l'hectare.
  • L'irrigation est interdite.
  • Rendement de base : 55 hl/ha.
  • La concentration partielle des moûts de raisins par les techniques soustractives d'enrichissement est autorisée pour les vins rouges, elle ne peut pas dépasser 10 % du volume du moût de départ.
  • La concentration partielle des moûts de raisins par les techniques soustractives d'enrichissement est autorisée, elle ne peut pas dépasser 15 % du volume du moût de départ.
  • L'utilisation de morceaux de bois de chêne à toute étape de la vinification ou de l'élevage est interdite.
  • Titre alcoométrique volumique naturel minimum : 11 %.
  • Titre alcoométrique volumique total maximum autorisé après enrichissement : 12,5 %.
  • Teneur en sucres résiduels : 3 g/L maximum.
  • Élevage au minimum jusqu'au 15 juin de l'année suivant la récolte.
  • Commercialisation possible à compter du 1er juillet de l'année suivant la récolte.
  • Le nom de l’appellation peut être complété par la dénomination géographique Val de Loire sur l'étiquette.
  • Dernière modification: 20 Mars 2013
    Éditeurs: Sylvain Torchet
    < Page d'accueil Dictionnaires | Top 10 | A propos | Liens | Connexion ^ Haut de la page
    © 2008 Sylvain Torchet XHTML | CSS Powered by Glossword 1.8.13