.: ABC du Vin :.
Appellations et Crus classés
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T V W Z
CA CH CL CO CR CU
CHA CHE CHI CHO CHÂ CHÉ

Château Angélus

Catégorie de l'appellation
Classement Grand cru Classé de Saint-Emilion
Date du classement 16/06/1955 Grand cru Classé, 17/11/1969 Grand cru Classé, 23/05/1986 Grand cru Classé, 08/11/1996 1er Grand cru classé B, 12/12/2006 † 1er Grand cru classé B, 29/10/2012 1er Grand cru classé A
Carte
Caractéristiques géographiques
Pays France
Région Bordelais
Sous-région Saint-Emilion
Commune(s)
  • Saint-Emilion.

Sol
Superficie (ha) 23
Climat Océanique
Couleurs et cépages
Couleur(s) Rouge
Encépagement Cabernet franc, Merlot
Production (hl)
Dégustation
Type de vin Vin à la robe pourpre aux arômes de fruits noirs et rouges (cassis, cerise, mûre, myrtille) avec des notes d'épices et de sous-bois marqué par des tannins solides et fondus.
Température de service 16 °C à 18 °C
Garde potentielle 15 à 30 ans
Autres informations
Appellation(s) rattachée(s) Saint-Emilion
Appellation(s) de repli(s)
Site internet Site de la propriété ou du propriétaire
Caractéristiques
.: ABC du Vin :.

Présentation :
Ce domaine est situé à un kilomètre à l'ouest de Saint-Émilion à proximité de Château Beauséjour héritiers Duffau-Lagarosse et de château Beau-Séjour-Bécot.
Le vignoble de 39 hectares dont 27 hectares classés en Saint-Émilion grand cru (51 % Merlot, 47 % Cabernet franc, 2 % Cabernet-sauvignon) est disposé sur le pied de côte avec un sol argilo-calcaire qui se charge petit à petit en limons en descendant vers la vallée du Mazerat.
Le vignoble est exposé sud, sud-ouest.
Le nom du domaine viendrait selon la légende de la possibilité d'entendre depuis le clos de l'Angélus (3 hectares) sonner les clochers de trois églises différentes : la chapelle de Mazerat, l'église de Saint-Émilion et l'église de Saint-Martin de Mazerat.

Histoire :
L'histoire de ce domaine remonte au moins à 1610 où la famille Gurchy possède un vignoble au hameau de Mazerat et la famille Souffrain possède un vignoble au hameau de Mazerat.
La propriété de la famille Souffrain sera héritée par Charles Souffrain de la Vergne (1759-?), secrétaire de mairie à Libourne en 1815, qui a épousé Catherine Sophie de Boüard (1773-?) le 16 mars 1795.
En 1850, selon Charles Cocks dans Bordeaux, ses environs et ses vins classés par ordre de mérite qui reprend le classement publié entre 1838 et 1841 par Fernand Lecoutre de Beauvais, négociant en vins et éditeur du Producteur Bordelais, sur le hameau de Mazerat, la famille Gurchy possède un vignoble produisant 12 tonneaux, la famille Souffrain et les demoiselles Souffrain, chacun un vignoble produisant 12 tonneaux.
En 1882, Pétronille Aimée Nelly Chollet (1836-1894) épouse depuis le 20 avril 1858 de Georges Gurchy (1820-1880), négociant en vins, rachète le cru Camus-La Gommerie (issu du cru de La Gomerie de 200 hectares démembré à la Révolution française) et en 1883 le domaine Lafontaine pour créer un vignoble de 15 hectares sur le pied de côte qu'elle baptise château Larose-Gurchy, qui deviendra plus tard le château Laroze. La partie haute du vignoble, enclavée entre le château Bellevue et le château Beauséjour, est baptisée Clos de l'Angélus.
Dans le même temps, elle possède juste à côté le domaine de Mazerat et la famille Souffrain détient également un domaine au hameau de Mazerat.
En 1885, Nelly Gurchy fait construire le château avec le chai et le cuvier du château Laroze-Gurchy.
Après le décès de Nelly Gurchy en 1894, c’est son fils Maurice (1859-1920), négociant en vins, qui hérite des différentes propriétés de la famille.
Au début du 20ème siècle, le château Mazerat appartenant à la famille Gurchy est absorbé dans le vignoble de Château Laroze ce qui porte la superficie du vignoble à 35 hectares.
En 1909, Jean Marcel Maurice de Bouärd de Laforest (1870-1959) hérite de sa tante Sophie (?) de Boüard (135 ans ! si c'est l'épouse du chevalier Souffrain de Lavergne) le château Mazerat, nouveau nom depuis au moins 1908 de la propriété de la famille Souffrain de La Vergne. Le vignoble possède alors une superficie de 13 hectares.
En 1920, suite au décès de Maurice Gurchy, les propriétés de la famille Gurchy sont mises en vente au tribunal (château Laroze, château du Grand Puch 140 hectares en Entre-Deux-Mers, Clos Yon-Figeac...). Le château Laroze est alors repris (peut-être en partie) par le docteur Meslin époux d'une des filles de Maurice Gurchy.
A la même période, la Comtesse Henriette de Boüard de Laforest (1879-?) épouse de Paul Romieux rachète une grande partie du vignoble de la famille Gurchy et constitue un domaine comprenant l'ensemble des terres situées entre le château Beauséjour d'une superficie d'environ 47 hectares si l'on prend en compte le château Mazerat et le château Daugay.
A partir de 1920, Maurice de Boüard de Laforest réside au Clos de l'Angélus.
En 1924, l'Angélus, parcelle de 3 hectares est détachée du domaine de Laroze et cédée à Maurice de Boüard de Laforest par le docteur Meslin. EIle est rattachée au domaine de la famille de Boüard de Laforest et l'ensemble forme le Clos de l'Angélus avec une superficie d'environ 50 hectares.
En 1946, Christian Boüard de Laforest rachète le château Daugay à sa tante et l'intègre au Clos de l'Angélus. Le domaine prend alors le nom de château de l'Angélus.
Le 16 juin 1955, lors du premier classement de Saint-Émilion, le domaine est admis au rang de Grand cru Classé. Rang qu'il conservera jusqu'en 1996.
En 1959, après le décès de Maurice de Boüard de Laforest, ce sont deux de ses trois fils, Christian et Jacques qui reprennent la direction du domaine. Le troisième, Alain quitte le domaine en 1960.
En 1969, une parcelle de 3 hectares du château Beauséjour héritiers Duffau-Lagarosse est cédée au château l'Angélus de Christian et Jacques de Boüard de Laforest par Michel Bécot, dont la famille était déjà propriétaire du château La Carte depuis les années 1930.
A compter de 1969, la mise en bouteille au domaine devient obligatoire pour l'appellation Saint-Émilion Grand cru et pour les Grands crus classés.
En 1976, Hubert de Boüard de Laforest (1956-) intègre le domaine familial après des études d’œnologie à la faculté de Bordeaux sous les ordres d’Émile Peynaud et de Pascal Ribereau-Guyon.
En 1980, Didier Vallade devient chef de culture.
En 1981, Pascal Ribéreau-Gayon, œnologue consultant du domaine, fait effectuer pour la première fois pour ce domaine l'élevage en fût de chêne.
En 1985, Hubert de Boüard de Laforest et son cousin Jean-Bernard Grenié reprennent la direction du domaine. La même année, Hubert de Boüard rachète le château de Francs dans l'appellation Côtes de Francs et Michel Rolland devient l’oenologue conseil du domaine.
En 1987, le second vin du domaine est créé : le Carillon d'Angélus.
En 1988, installation d'une table de tri des vendanges et de cuves inox thermorégulées dans le cuvier en remplacement d'anciennes cuves en béton. Le cuvier de vinification est depuis composé de cuves en bois, de cuves béton et de cuves inox.
En 1990, le château L'Angélus modifie son nom en Château Angélus.
En 1991, création d'un nouveau chai à barrique et enherbement du vignoble.
Le 8 novembre 1996, lors du quatrième classement des crus de Saint-Émilion, le château Angélus intègre la catégorie 1er Grand cru classé B. Pour obtenir ce classement, 9 hectares du vignoble sont retirés du grand vin et reversés pour la production du second vin Carillon de l’Angélus. La superficie du vignoble du grand vin passe de 34 à 25 hectares.
En 1998 Hubert de Boüard reprend le château La Fleur Saint-Georges dans l'appellation Lalande de Pomerol et exerce une fonction d’œnologue conseil auprès d'autres domaines.
En 1999, Hubert de Bouärd est désigné président du Conseil des Vins de Saint Emilion. Il le restera jusqu'en mai 2008 lorsque Jean François Quenin du château de Pressac lui succède.
En 2001, le cuvier et les chais sont rénovés.
Pour l'anecdote, en 2006, dans le 21ème épisode de James Bond : Casino royal, James Bond (Daniel Craig) ouvre une bouteille de Château Angélus 1982.
En 2007, Hubert de Boüard de Laforest prend une participation de 50 % dans le domaine mitoyen, château Bellevue.
L'œnologue conseil du domaine est Michel Rolland depuis 1985 et la responsable technique du domaine Emmanuelle d'Aligny-Fulchi.
En 2011, débute les travaux de rénovation des bâtiments et d’isolation des chais à barriques débutent sous la direction d’Arnaud Boulain et de Jean-Pierre Errath.
En avril 2012, Stéphanie de Boüard-Rivoal prend la direction générale du domaine.
Le 29 octobre 2012, le domaine intègre, après la proposition du 6 septembre 2012 de l'Institut National de l'Origine et de la Qualité (INAO), le classement officiel des crus de l'AOC Saint-Émilion Grand Cru dans la catégorie : Premier Grand Cru Classé A. Le vignoble du grand vin possède alors une superficie de 27 hectares.
En octobre 2012, le campanile du domaine est doté de deux bourdons répondant au nom d'Angélus (700 kg) et Emilion (305 kg). Il y a en tout dix-huit cloches composant un carillon. Cette création accompagne une rénovation du domaine et de son château avec des travaux pour une somme avoisinant les neuf millions d'euros.
Pour marquer sa promotion au classement de Saint-Émilion dans la catégorie Premier grand cru classé A, le millésime 2012 est commercialisé sans étiquette avec une sérigraphie en or à la place (voir partie Les vins).

Les vins :

.: ABC du Vin :.Rouge :

Le domaine a modifié son nom avec le millésime 1990, de Château L'Angélus en château Angélus.
Densité moyenne de plantation : 6600 à 8600 pieds/ha selon les parcelles.
Rendement moyen : 35 à 40 hL/ha.
Élevage en fût de chêne (100 % neuf) de 18 à 22 mois.
Les fermentations se font aussi bien en foudres de chêne, qu'en cuves inox ou en cuves de béton.
Production moyenne, grand vin : 800 à 900 hl/an.
Le millésime 2012 est commercialisé sans étiquette avec à la place une impression d’émail cuite à 600 °C recouverte d’une impression d’or (21,7 carats) cuite à 500 °C. La capsule noire étant recouverte des armes de la famille de Boüard de Laforest en or également. (à rapprocher du millésime 2000 du château Mouton-Rothschild).
Les fermentations se font aussi bien en foudres de chêne, qu'en cuves inox ou en cuves de béton.
Rendement moyen : 35 à 40 hl/ha.
.: ABC du Vin :.

Le second vin du domaine porte le nom de : Le Carillon de l'Angélus.
Existe depuis le millésime 1987.
Production moyenne : 340 hl/an.
Un autre vin est produit en appellation Saint-Emilion Grand cru : N°3 d'Angélus.
Existe au moins depuis le millésime 2007.
Dernière modification: 7 Mai 2017
Éditeurs: Sylvain Torchet
< Page d'accueil Dictionnaires | Top 10 | A propos | Liens | Connexion ^ Haut de la page
© 2008 Sylvain Torchet XHTML | CSS Powered by Glossword 1.8.13