.: ABC du Vin :.
Appellations et Crus classés
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T V W Z
CA CH CL CO CR CU
CHA CHE CHI CHO CHÂ CHÉ

Château La Gaffelière

Catégorie de l'appellation
Classement Grand cru Classé de Saint-Emilion
Date du classement 16/06/1955 1er Grand cru classé B, 17/11/1969 1er Grand cru classé B, 23/05/1986 1er Grand cru classé B, 08/11/1996 1er Grand cru classé B, 12/12/2006 † 1er Grand cru classé B, 29/10/2012 1er Grand cru classé B
Carte
Caractéristiques géographiques
Pays France
Région Bordelais
Sous-région Saint-Emilion
Commune(s)
  • Saint-Emilion.

Sol Argile, calcaire
Superficie (ha) 25
Climat Océanique
Couleurs et cépages
Couleur(s) Rouge
Encépagement Merlot, Cabernet franc, Cabernet-sauvignon
Production (hl)
Dégustation
Type de vin Vin à la robe pourpre aux arômes de fruits noirs et rouges (cassis, cerise, mûre, myrtille) avec des notes d'épices et de sous-bois marqué par des tannins solides et fondus.
Température de service 16 °C à 18 °C
Garde potentielle 15 à 30 ans
Autres informations
Appellation(s) rattachée(s) Saint-Emilion
Appellation(s) de repli(s)
Site internet Site de la propriété ou du propriétaire
Caractéristiques
.: ABC du Vin :.

Présentation :
Domaine de 25 hectares situé au pied des murs de Saint-Émilion (300 mètres), au sud-ouest de la commune, à proximité du château Canon-La-Gaffelière sur la départementale D122 et du Château Quintus.
Le vignoble de 22 hectares (80 % Merlot, 10 % Cabernet franc, 10 % Cabernet-sauvignon) d'un seul tenant est disposé sur un sol argilo-calcaire sur le coteau avec le pied de côte plus sableux s'étalant entre la colline de château Ausone et celle de château Pavie avec une exposition vers le sud.
Le domaine tire son nom d'un hôpital pour lépreux (gaffet) existant durant le Moyen-Age.

Histoire :
La présence de la vigne sur ce domaine remonte à l'époque romaine comme en atteste la découverte en 1969 de mosaïques d'un palatium (palais), pourquoi pas celui d'Ausone ?
Au Moyen-Age, une maladrerie existait en ce lieu. La vigne existait déjà autour de celle-ci.
Cet hôpital pour lépreux existera jusqu'au 17ème siècle époque où le comte de Malet-Roquefort achète un domaine englobant l'ancienne léproserie et confie la culture de ses terres à des métayers qui petit à petit en prendront possession.
Au 18ème siècle, la superficie du vignoble de ce domaine était d'environ 8 hectares, le reste étant cultivé en cultures vivrières (céréales notamment).
En 1777, un nommé Trianson produit du vin à La Gaffelière vendu 400 livres le tonneau.
En 1840, la famille de Malet de Roquefort produit du vin aux lieu-dit Fondroque (futur château Fonroque), Peygenoustous et Saint-Georges. Ces vins sont considérés comme des vins de deuxième classe.
A la même époque, deux producteurs exerçaient au lieu-dit La Gaffelière : Mr Boitard (ou Boitard de la Poterie) qui produisait 40 tonneaux commercialisés sous le nom de La Gaffelière-Boitard ou Canon-Boitard et monsieur Modet, producteur de 10 tonneaux.
Le vignoble de monsieur Boitard deviendra le château Canon-La-Gaffelière.
En 1843, le comte Jean-Léo de Malet-Roquefort (1822-1900) rachète le vignoble de monsieur Modet et l'intègre à son vignoble de Peygenoustous et Saint-Georges devenu Peygenoustous-Naudes.
En 1853, le vicomte Louis-Alexandre de Malet-Roquefort (1782-1862), commandant de la place de Libourne en 1815 et Vicomte et maire de Saint-Émilion de 1821 à 1830 puis de 1839 à 1844, offre à la ville un chemin privé qui sera utilisé pour permettre le passage de la voie ferré et formera la délimitation du vignoble actuel.
En 1862, le domaine devient la propriété de Jean Léo de Malet-Roquefort (1822-1900) qui le transmettra à son petit-fil, Louis Alexandre de Malet-Roquefort (1886-1958).
En 1867, le domaine de Peygenestous-Naudes appartenant au comte Malet de Roquefort obtient une médaille d'or à l'exposition universelle.
Le vignoble de Peygenoustous-Naudes est ensuite réuni à celui du château La Gaffelière-Naudes.
Vers 1880, le comte Noël-Georges de Malet-Roquefort (1854-1897) acquiert le domaine de Puy-Blanquet (revendu en 1950) situé à Saint-Etienne de Lisse, dont il deviendra également le maire, dans le même temps, le vignoble de Fondroque, devenu Fonroque est cédé en 1886 à Jean Chatonnet déjà propriétaire du château La Magdeleine.
En 1887, il cède la parcelle de Peygenestous à Albert Macquin (1852-1911) qui va après cet achat créer le château Pavie-Macquin.
Le domaine passe ensuite à son petit-fils Louis Alexandre de Malet-Roquefort (1886-1958) puis à son décès à Léo de Malet-Roquefort, le propriétaire actuel.
Entre 1906 et 1920, le manoir est construit.
A compter de 1944, Jean-Marie Galari devient régisseur du domaine. Il conservera ce poste jusqu'en 1983.
Le 16 juin 1955 le domaine La Gaffelière-Naudes est classé premier grand cru classé B. Classement qu'il garde jusqu'à ce jour.
En 1958, le domaine devient la possession de Léo de Malet-Roquefort (1933-).
En 1964, le domaine change son nom en château La Gaffelière, peut-être suite à la disparition des deux domaines portant le nom de La Gaffelière avant 1950. La même année, le domaine de La Clotte Grande Côte et son vignoble de 3 hectares sont rachetés et ajoutés au château La Gaffelière.
En 1965, une petite propriété de Saint-Émilion : Château de Roquefort est racheté.
A compter de 1969, la mise en bouteille au domaine devient obligatoire pour l'appellation Saint-Émilion Grand cru et pour les Grands crus classés.
En 1978, le domaine voisin du Tertre-Daugay est racheté et vinifié au château La Gaffelière jusqu'au millésime 1984. Le château de Roquefort devient le second vin du château Tertre-Daugay.
En 1981, une machine à vendanger est utilisée dans le vignoble.
En 1984, Alexandre Thienpont devient maître de chai et quitte le domaine en 1985 au décès de son père pour reprendre le château Vieux Château Certan à Pomerol (propriété de sa famille depuis 1924).
Depuis 1986, le maître de chai est Edouard Belin. Cette année là, la superficie du vignoble est de 22 hectares.
En 1990, un nouveau chai souterrain en béton est construit.
Depuis 2004, l’œnologue conseil du domaine est Stéphane Derenoncourt.
En juin 2011, le Château Tertre-Daugay est revendu au domaine Clarence Dillon (château Haut-Brion) qui rebaptise ce domaine château Quintus.
En 2012, un programme de replantation de 5 hectares de Cabernet franc situés sur des coteaux calcaires débute. La même année, Damien Bielle (auparavant au château Olivier) devient le responsable technique du domaine.
Le 29 octobre 2012, le domaine intègre, après la proposition du 6 septembre 2012 de l'Institut National de l'Origine et de la Qualité (INAO), le classement officiel des crus de l'AOC Saint-Émilion Grand Cru dans la catégorie : Premier Grand Cru Classé B.
En 2013, le cuvier et le chai sont rénovés par l'architecte Olivier Chadebost, pour une somme de trois millions d'euros, avec l'installation de 20 cuves (de 30 à 130 hectolitres) pour permettre une vinification parcellaire. Celles-ci sont teintées dans la masse d'une couleur bleue nuit, changeante selon la lumière.
En octobre 2014, les vignobles Cassat dirigés par Olivier Cassat, dont certaines parcelles de vignobles sont mitoyennes du château La Gaffelière, sont rachetés. Les vignobles Cassat possèdent trois domaines en appellation Saint-Emilion : château Haut Badon (8 hectares), château Mauvezin (Grand cru Classé de Saint-Émilion 1955, 1969 et 1986, 3 hectares) et le domaine de Peyrelongue (6 hectares).

Les vins :

.: ABC du Vin :.Rouge :
Densité moyenne de plantation : 5800 à 9600 pieds à l'hectare selon les parcelles.
Élevage de 14 à 16 mois en fût de chêne (50 % neuf).
Le second vin du domaine porte le nom de : Clos de la Gaffelière.
Existe depuis le millésime 1985.
Élevage de 10 à 12 mois en fût de chêne (barrique d’un vin).
Dernière modification: 29 Septembre 2017
Éditeurs: Sylvain Torchet
< Page d'accueil Dictionnaires | Top 10 | A propos | Liens | Connexion ^ Haut de la page
© 2008 Sylvain Torchet XHTML | CSS Powered by Glossword 1.8.13