.: ABC du Vin :.
Appellations et Crus classés
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T V W Z
BA BE BI BL BO BR BU
BEA BEL BER

Beaune

Catégorie de l'appellation
Classement AOC
Date du classement 11/09/1936
Carte Beaune
Caractéristiques géographiques
Pays France
Région Bourgogne
Sous-région Côte de Beaune
Commune(s)
  • Côte d'Or :
    Beaune.

Sol Calcaire, marnes
Superficie (ha) 475.32
Climat Continental
Couleurs et cépages
Couleur(s) Blanc / Rouge
Encépagement Chardonnay, Pinot blanc, Pinot gris, Pinot noir
Production (hl)
Dégustation
Type de vin
Température de service
Garde potentielle
Autres informations
Appellation(s) rattachée(s)
Appellation(s) de repli(s) Côte de Beaune-Villages, Bourgogne, Bourgogne grand ordinaire, Bourgogne Ordinaire
Site internet Site du syndicat viticole de l'appellation
Caractéristiques
.: ABC du Vin :.

Présentation :
Le vignoble de Beaune est le plus étendu de la Côte de Beaune.
Il se situe à l'ouest de la commune installée au confluent de l'Aigue et de la Bouzaise sur des pentes douces et marneuses, voir argilo-graveleuse sur socle calcaire baptisée Rognon de la Côte s'étageant entre 225 et 340 mètres avec une exposition principalement est et sud-est.
Il existe 42 climats classés Premier cru.
Le nom de la commune vient de Belenum, nom d'une dieu celtique : Bélen, qui se tranforma avec le temps en Belina puis Belna et enfin Beaune.

Histoire :
Le vignoble de Beaune existe sans doute depuis l'invasion romaine. Beaune étant alors un camp romain au 1er siècle après J.C appelé Minervia puis Belina puis Belna-castrum. Ce site va se développer car il est un lieu de passage et d'échange pour les grecs et les phéniciens de par sa proximité avec la Saône.
En 2013, des traces de pieds de vignes situés en plaine dans de petites fosses longues d'un mètre cinquante, datés entre le 1er et le 4ème siècle après Jésus-Christ, sont découvertes à proximité de la cuverie d'un domaine appartenant à la maison Bouchard père et fils.
Au début du 4ème siècle (vers 312), Eumène d'Autun dans le quatrième et dernier panégyrique que l'on connaisse de lui, en remerciement à l'Empereur Constantin de la part des citoyens d'Autun, cite le Pagus Arebrignus (vignoble dans le pays de Beaune et le Chalonnais) qui abrite un vignoble en mauvais état.
En 443, les Burgondes prennent la ville.
Dès le 6ème siècle, les lois gombettes promulguées par le roi Gondebaud (?-516), puis augmentées par ses successeurs Sigismond (?-523) et Godomar III (?-534) protègent le vignoble : Si quelqu'un, de jour, s'introduit dans la vigne d'autrui et commet un vol ou fait des dégâts, il versera pour ce fait trois sols. Si quelqu'un s'introduit de nuit dans la vigne au moment des vendanges et s'il est tué dans la vigne par le gardien, le maître ou les parents de la victime ne pourront pas se plaindre...
En 570, Grégoire de Tours (539-594) cite la Côte de Beaune couverte de vigne.
En 772, la ville est assiégée puis pillée par les sarrasins.
En 976, Eudes-Henri Ier de Bourgogne (948-1002) fit construire l'église Notre-Dame, terminée par le chapitre de Notre-Dame de Beaune à la fin du 11ème siècle et l'édification des remparts de la ville.
En 1203, Beaune devient commune grâce une charte des privilèges d'Eudes III (1166-1218), duc de Bourgogne.
En 1210, Eudes III accorde au maire et aux échevins de Beaune le ban des vendanges.
En 1287, le Chapitre de Beaune s'accorde avec l'abbaye de Citeaux, qui possédait un domaine à Beaune et refusait de payer la dime sur ce vignoble, sur la livraison de 4 pièces et demi de vin livrés au chapitre.
A compter de 1308, la papauté d’Avignon reçoit des vins provenant des vignobles appartenant à l'abbaye de Cluny sur Beaune et Pommard.
Jusqu'en 1361, Beaune est le lieu de résidence des ducs de Bourgogne.
En 1443, Nicolas Rollin (1376-1462) chancelier de Philippe III le Bon (1396-1467), duc de Bourgogne, depuis 1422 fonde les Hospices de Beaune le 4 août. Elles ouvriront réellement le 1er janvier 1452. Particularité, les motifs géométriques des ardoises colorées du toit sont alignés depuis sa construction selon la même géométrie. C'est un architecte flamand du nom de Jacques Wiscrère qui est chargé de la construction inspiré de l'hôpital Saint-Jacques de Valenciennes.
En 1459, Nicolas Rollin fonde la congrégation des Hospitalières de Sainte-Marthe de Beaune et pour permettre le financement des frais de fonctionnement des hospices, Nicolas Rollin lègue une somme de 1000 livres tournois.
Dès 1459, le développement des Hospices fut assuré par des dons. Jean Pamplays et son épouse furent les premiers à léguer un vignoble.
En 1477, suite au décès de Charles le Téméraire (1433-1477), quatrième et dernier duc de Bourgogne, Beaune reste fidèle à Marguerite de Bourgogne (1457-1482) et refuse son rattachement à la France. Elle est assiégée pendant cinq semaines puis rançonnée (40000 écus) par l’armée du roi de France Louis XI (1423-1483) conduite par Jean IV de Chalon (1443-1502), Georges de la Trémoille (1430-1481) et Charles d’Amboise (1430-1481).
En 1478, Louis XI confirme les privilèges de la ville. La légende, non vérifiée, veut que la même année Georges Plantagenêt (1449-1478), comte de Salisbury et premier duc de Clarence fut exécuté pour trahison envers son frère Édouard IV d'Angleterre (1442-1483) par noyade dans une barrique de vin. Cette histoire est revendiquée par de nombreux vignobles français et étrangers.
En 1600, Olivier de Serres (1539-1619) auteur du Théâtre d’Agriculture et mesnage des champs, cite les excellens vins blancs de Beaune parmi les meilleurs vins du royaume de France.
En 1816, André Jullien, dans sa Topographie de tous les vignobles connus indique que le territoire de cette ville est le plus étendu et celui qui produit le plus de vin, tant en première qu’en seconde qualité (…) Les vins de Beaune ont la réputation bien acquise d'être les plus francs de goût de Bourgogne.
Depuis 1859, date de la première vente aux enchères des Hospices de Beaune organisée par l’économe de l’Hôtel-Dieu Joseph Pétasse (1803-1892), est organisé chaque année une vente, le troisième dimanche de novembre, des vins produits sur les différents vignobles appartenant aux Hospices de Beaune.
En 1869, pour la première fois, au Congrès viticole de Beaune fut proposé le greffage de la vigne française sur la vigne américaine. Ce n'est qu'en 1886 que les porte-greffes américains seront autorisés et ainsi la reconstitution du vignoble.
Le 11 septembre 1936, l'appellation d'origine contrôlée est obtenue.
En 1943, une liste de climats premier cru est établi et pour la première fois depuis le début de la guerre, la vente annuelle est de nouveau organisée et fête également les 500 ans de la fondation des Hospices de Beaune.
En 1946, un musée du vin est créé dans l'ancien hôtel des Ducs de Bourgogne.
En 1948, la superficie du vignoble de Beaune serait de 533 hectares.
A compter de 1959, la vente des Hospices de Beaune est organisée aux halles de Beaune.
En 1971, l'Hotel-Dieu cesse d'accueillir des malades.
De nos jours, les Hospices de Beaune mettent aux enchères 45 cuvées différentes portant chacune le nom d'un donateur.
En 2005, la vente aux enchères est confiée à la société de vente aux enchères Christie’s et les particuliers peuvent participer pour la première fois.

Les vins :
La production est essentiellement consacrée au vin rouge (Blanc autour de 8 % du total).
Densité minimale de plantation : 9000 pieds/ha.
L'irrigation est interdite.
.: ABC du Vin :. Blanc :
Les vins blancs représentent environ 8 % de la production de l'appellation.
Le décret du 2 décembre 2011 publié le 6 décembre 2011 fait passer de 45 à 57 hl/ha le rendement de base pour les vins blancs.
Rendement de base : 57 hl/ha.
Cépage principaux : Chardonnay, Pinot blanc.
Cépage accessoire (10 % maximum) : Pinot gris.
Titre alcoométrique volumique naturel minimum : 11 %.
Titre alcoométrique volumique total maximal autorisé après enrichissement : 13,5 %.
Teneur maximale en sucres résiduels autorisée : 3 g/L.
L'utilisation de morceaux de bois de chêne à toute étape de la vinification ou de l'élevage est interdite.
Élevage au minimum jusqu'au 15 juin de l'année suivant la récolte.
Commercialisation possible à partir du 30 juin.
Tout nom de climat ajouté après le nom de l'appellation entraîne une majoration de 0,5 % du titre alcoométrique (traitement identique aux crus classés 1er cru).
Vin aux arômes fleuris, épicés avec des notes de beurre et de vanille pour les plus réussis.
Température de service : 12-14 °C (54-57 °F).
Garde potentielle : 2 à 6 ans.

.: ABC du Vin :.Rouge :
Les vins rouges représentent plus de 90 % de la production.
Le décret du 2 décembre 2011 publié le 6 décembre 2011 fait passer de 40 à 50 hl/ha le rendement de base pour les vins rouges.
Rendement de base : 50 hl/ha.
Titre alcoométrique volumique naturel minimum : 11 %.
La concentration partielle des moûts de raisins est autorisée, la mise en œuvre s'effectue sur les moûts et ne peut pas dépasser 10 % du volume maximum du moût de départ.
Titre alcoométrique volumique total maximum autorisé après enrichissement : 14 %.
Teneur maximale en sucres résiduels : 2 g/L.
L'utilisation de morceaux de bois de chêne à toute étape de la vinification ou de l'élevage est interdite.
Les vins font l'objet d'un élevage au minimum jusqu'au 15 juin de l'année suivant la récolte.
Commercialisation possible à partir du 30 juin.
Vin a la robe rouge profond et aux arômes de fruits rouges (cerise, fraise, myrtille) avec des notes de sous-bois et une structure tannique assez prononcée pour certains.
Température de service : 15-16 °C (59-61 °F)
Garde potentielle : 4 à 10 ans.
Voir aussi : Beaune 1er Cru
Dernière modification: 26 Novembre 2017
Éditeurs: Sylvain Torchet
< Page d'accueil Dictionnaires | Top 10 | A propos | Liens | Connexion ^ Haut de la page
© 2008 Sylvain Torchet XHTML | CSS Powered by Glossword 1.8.13